La notation des avocats : outil de développement personnel, exigence de transparence ou porte ouverte aux lynchages?


Par Xavier Gillot, le 15/01/2019 19:19 dans Home > Modèles & Astuces > Modèles & astuces multidisciplinaires > La notation des avocats : outil de développement personnel, exigence de transparence ou porte ouverte aux lynchages?

Le débat autour de la notation des avocats anime beaucoup le métier et les différents ordres, que ce soit en Belgique ou ailleurs, et faisait l’objet d’un débat fort intéressant lors du troisième Electrochoc numérique de ce 13 décembre dernier.

A l’issue de cet échange le constat demeure ; la notation des avocats est un phénomène acquis, les avocats d’affaires sont ‘rankés ‘ depuis des années par des guides prétendument spécialisés et l’émergence d’une série de nouveaux acteurs en la matière (e.g., google, etc) démontre à suffisance que cette notation s’avère incontournable.

Bien que la question puisse effrayer, c’est là une occasion unique de répondre à une attente tout en mettant en place des outils d’apprentissage, de professionnalisation et de partage.

Les sites et plateformes fondant leurs notations sur la contribution financière payée par les ‘notés’ sont à bannir et ternissent tant la profession que l’image des prestataires de services Internet.

Et il faut encore aller bien au-delà : toute notation se doit de reposer sur des critères clairs et communiqués aux utilisateurs. Sans oublier les impératifs liés au secret professionnel et le droit de réponse de celui qui se voit ‘noté’. Ni par ailleurs la délicate question de la possibilité pour un client de pouvoir apprécier correctement la qualité d’un travail qui, dans la majorité des cas, touche des matières qui devraient dépasser ses compétences; l’avocat moderne devient tellement spécialisé qu’il serait difficile d’exiger des clients qu’ils puissent juger de la qualité technique et juridique du travail de leur conseil.

Mais l’attente se situe-t-elle réellement à ce niveau et dans l’affirmative, quelle serait la valeur d’une telle notation ?

Le meilleur exemple est celui du procès perdu dont le client pourrait vouloir se plaindre en prétextant que son avocat n’y connaissait rien et n’a pas eu les compétences requises. Or, ceux qui ont déjà eu des rapports avec les juridictions judiciaires témoigneront unanimement que bien des raisons peuvent amener à une décision défavorable, même avec le plus compétent des avocats.

Ici, comme dans tous les dossiers juridiques, au regard de la question de la notation, l’enjeu réside dans une communication claire entre l’avocat et son client bien plus que dans la décision du juge. Car un client bien informé, avec qui l’avocat collabore et communique en toute confiance et transparence, prendra les bonnes décisions et évitera l’écueil d’une telle déception.

C’est en ce sens que lors du débat, uLaw a défendu son point de vue favorable à une notation des avocats, fondée sur des éléments objectifs de carrière et sur l’avis de leurs clients, non pas quant à leurs qualités de juriste technique, mais bien de conseiller ayant participé à la délivrance d’une solution utile. L’outil de notation des profils développé par uLaw est élaboré sur cette base, outre une modération imposée à tout commentaire qui se veut garante d’un filtrage des notations parasites et manifestement dégradantes.

Rejoignez-nous sur uLaw pour découvrir l’ensemble des solutions proposées aux clients et avocats pour leur assurer des collaborations fructueuses et satisfaisantes.

Auteur

Xavier Gillot

Business lawyer specialized in the entire range of Belgian and international tax matters, I provide solution-oriented advices to my clients and also represent them during fiscal and judicial proceedings, negotiations or ruling procedures.
Droit comptable
Droit fiscal
Droit des contrats
Revue
Les cookies visent à rendre votre navigation plus efficace et à optimaliser le fonctionnement de nos services. En utilisant les services de uLaw, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Politique de traitement des données personnelles. J'accepte